© stock.adobe.com

Du crowdfunding pour sauver des abeilles en région Champagne-Ardenne !

Publié le

Parce que la biodiversité c’est l’affaire de tous, le RBA lance l’opération « Faisons une fleur aux abeilles », une démarche de crowdfunding CrowdFunding Le crowdfunding, ou financement participatif, permet à des particuliers ou des personnes morales de financer sous forme d’emprunts obligataires des projets de TPE et PME sans passer par les intermédiaires financiers traditionnels tels que les banques. Il s’est largement développé avec l’expansion d’internet.
Pour les investisseurs, le crowdfunding permet de diversifier ses investissements en contre-partie d’un risque de perte en capital et d’un risque d’illiquidité. Afin d’éviter les fraudes, la loi sur le crowdfunding d’octobre 2016 oblige les plateformes de crowdfunding à s’immatriculer auprès de l’ORIAS.
pour développer le garde-manger des butineuses. L’objectif de ce projet participatif est de faire semer des fleurs par des agriculteurs, afin d’augmenter la disponibilité florale des paysages agricoles et d’enrichir les ressources alimentaires des abeilles et des autres pollinisateurs.

D’après les études menées par le Réseau Biodiversité pour les Abeilles, l’implantation de jachères apicoles sur seulement 0,5% de la zone de butinage d’une colonie d’abeilles, permet d’assurer en moyenne les 2/3 des besoins alimentaire des abeilles. A partir de cette référence destinée à garantir une ressource alimentaire suffisante pour les pollinisateurs, cela revient à implanter 25 hectares de jachères apicoles sur la zone du projet. « Concrètement, pour bien se rendre compte de l’ampleur du projet, il s’agit de fleurir l’équivalent de 35 terrains de football » explique Philippe Lecompte, apiculteur professionnel et Président-fondateur du Réseau Biodiversité pour les Abeilles. L’implantation d’une oasis de biodiversité sur un territoire permet d’irriguer une zone équivalente à la zone de butinage d’une colonie d’abeilles, soit 3 000 ha. Ces jachères seront semées au printemps 2016, au cours du mois d’avril, afin que les premières fleurs puissent fleurir dès le mois de juin, en pleine période de butinage des abeilles.

Un projet présent sur la plateforme MiiMOSA !

Des bénéfices multiples

Le bénéfice est multiple puisque ces espaces dédiés à la biodiversité vont permettre à de nombreux insectes pollinisateurs de trouver de la nourriture. Si l’abeille domestique est la première à laquelle on pense, il existe également d’autres pollinisateurs qui vont pouvoir en profiter : plusieurs espèces de bourdons (genre Bombus) et d’abeilles sauvages solitaires (Halictes, Mégachiles...), des espèces de syrphes, et de nombreuses autres de l’ordre des diptères, sans oublier de nombreuses espèces de papillons. Les jachères apicoles constituent aussi des zones de nourrissage et d’habitat pour de nombreuses autres espèces, comme les auxiliaires de cultures et l’avifaune. Elles permettent d’enrichir la biodiversité dans les campagnes.

Contribuer à la mise en place de trames verte et bleue

Cette initiative du Réseau Biodiversité pour les Abeilles s’inscrit dans le cadre du programme Symbiose, expérimentation de mise en place de trames verte et bleue en région Champagne-Ardenne. L’ensemble des acteurs impliqués dans la gestion des territoires sont parties prenantes de ce programme qui concerne aussi bien le monde agricole que les espaces urbains et péri-urbains.

A quoi va servir la collecte ?

Le coût d’implantation d’un hectare de jachère est estimé à 250€, donc le coût total de ce projet s’élève à 6 250€. Bien sûr, si la collecte dépasse cet objectif le nombre d’hectares implanté sera alors plus important, ce qui fera augmenter la ressource alimentaire pour les pollinisateurs en Champagne crayeuse. Ce coût de 250€ comprend l’achat des semences présentant un réel intérêt apicole, une rétribution pour l’agriculteur ainsi que l’accompagnement des agriculteurs afin d’assurer et d’optimiser la mise en place des jachères apicoles : implantation et suivi de développement. Un outil cartographique sera également développé afin d’assurer à nos contributeurs une traçabilité des jachères parrainées (localisation et nombre d’hectares implantés). Enfin, comme le Réseau Biodiversité pour les Abeilles est une association loi 1901 reconnue d’intérêt général, dès lors, les contributions ouvrent droit à une réduction d’impôt à hauteur de 66% pour les particuliers et 60% pour les entreprises.